La technique sert l’Homme pour mieux l’asservir

Après le précédent billet, qui n’était guère réjouissant j’admets, une autre réflexion du jour, un peu plus optimiste, et plus brève aussi. Ce seront juste quelques éléments, sans grands développements.

 

Après mon moment d’inquiétude d’avant-hier, il est tout de même important de souligner qu’il nous reste du temps. L’effondrement des systèmes à même de mettre en péril notre civilisation ne se produira pas dans l’immédiat. Il reste en effet quelques décennies pour agir, avant de passer les points de non retour. Et passer un de ces points ne sera pas nécessairement une catastrophe. D’ailleurs, la banquise Arctique ou la production de pétrole ont déjà passer un point de non retour, et sont l’une comme l’autre en cours d’effondrement. Et surtout, tous ce que nous pouvons faire maintenant sera autant qui ne sera plus à faire.

 

Une petite vidéo donc pour se détendre.

Jérôme  Bonaldi est un journaliste français. Entre autres livres, il a écrit La vie (presque) sans pétrole qui décrit les implications dans notre quotidien du passage du pic pétrolier : http://www.evene.fr/livres/livre/jerome-bonaldi-la-vie-presque-sans-petrole-27762.php

 

“J’ai écris La vie (presque) sans pétrole parce que j’ai été assez frappé -ça m’intéresse depuis un bout de temps- j’avais lu beaucoup de bouquins, il en existe énormément, mais tous sont très, soit économique, soit scientifique, soit technique, peu, très peu, quasiment aucun, parle des conséquences concrètes pour la vie de tous les jours de monsieur et Madame tout le monde, c’est-à-dire vous et moi.”

 

Bon, nous pourrions discuter de la définition exacte à donner à la technique. Il est vrai que le mot « technique » est plus classiquement utilisé pour un savoir-faire industriel ou artisanal. En ce sens, technique et économie sont deux concepts distincts.

J’ai tendance personnellement à voir la technique comme l’ensemble de nos savoirs-faire, et donc d’inclure l’économie dans cette définition très vaste de la technique. Ainsi, la technique est séparé de nos savoirs, que sont les sciences.

Cette subtilité est finalement bien peu de choses à mon humble avis, le plus importante est de reconnaître que nous vivons dans un monde d’objets issus de l’activité humaine. Ainsi, l’argent aussi bien que le train sont des objets. Et sont censés être des moyens pour la vie active de l’Homme.

 

Bref, ceci dit, quasiment personne ne parle effectivement des conséquences concrètes pour la vie de tous les jours de la fin du pétrole, et encore moins nos hommes politiques. Et c’est bien ce qui me travaille.

Nous vivons une époque formidable, où la technique nous permet tant de choses, discuter avec un ami à l’autre bout du monde, voler au dessus des nuages, et bien plus encore. Chacun dans notre domaine de compétence, nous avons atteint un très grand niveau de connaissances. Le pic pétrolier n’est ainsi qu’une illustration de cet état de fait. Il existe quantités d’analyses très pertinentes sur nos problèmes actuelles, quantité de solutions proposées, mais très peu aborde le sujet « frontalement » en questionnant cette société. Rien que pour le pic pétrolier, nous pourrions nous enfoncer dans une discussion sur la possibilité que le charbon puis fusion nucléaire puisse suppléer le déclin du pétrole, puis de l’ensemble des carburants fossiles. Des myriades d’arguments pourraient être invoqué, mais au fond ce serait un débat vain je pense.

À mon avis, et c’est ce que je tente de faire à travers ce blog, nous devons penser notre avenir. Qui a déjà essayé d’imaginer sa vie sans pétrole ? Les conséquences dépassent sans doute même notre imagination, car elles vont au delà de l’impossibilité d’utiliser sa voiture.

Face à ce vide, un angoissant vertige peut bien nous saisir.

Nous serions bien démunis. Tout notre mode de vie serait impacté, en profondeur. Alors, nous pouvons réfléchir à une solution technique qui pourrait remplacer le pétrole. Ce serait le plus rassurant, tout pourrait continuer comme avant. Pour autant, je suis convaincu que la question est alors mal posé.

La technique est un moyen en soi, elle nous fournit un monde d’objet qui facilite notre vie humaine. La solution sera sans doute en partie dans de nouvelles technologies, à n’en pas douter. L’idée n’est absolument pas de remettre en cause nos savoirs-faire, de prôner une vie façon âge de pierre. Mais le risque est de voir la technique servir l’Homme, pour mieux l’asservir. Au fil du temps, l’Homme s’est enfermé dans une bulle technique, et qui est maintenant arrivé à la limite de l’éclatement. Et vouloir sauver cette bulle par encore plus de technique permettra peut-être de gagner un temps, mais au prix d’une bulle encore plus grande, encore plus vulnérable, encore plus ingérable.

En soi, cela ne constitue pas une preuve dans cette explication -cette discussion reste très loin d’ailleurs du paragraphe argumenté proprement d’ailleurs 😀 – mais ce que nous envisageons au final n’est qu’une fuite en avant technique. Et cette simple constatation devrait nous alerter, la fuite en avant étant rarement un processus très sain… Nous devrions apprendre à regarder de manière critique cette société, et ne pas se laisser imposer un cadre de réflexion tout fait.

Un camarade me faisait d’ailleurs remarquez qu’il n’avait ni le cœur ni la matière grise pour le faire. Là encore, le poids du cadre imposé par cette société est énorme. Ce serait d’ailleurs un sujet de discussion, un brin différent encore mais intéressant, de savoir pourquoi cette société est aussi figé dans sa course à la catastrophe. Le surprenant mélange, empreint d’une certaine résignation, de mimétisme et d’individualisme qui nous caractérise est sans doute pour beaucoup. Et encore, le camarade en question est jeune. Une fois établi(e), avec  son homme/sa femme, un garçon, une fille, un chat, un chien, sa maison, sa voiture, et son boulot, il est d’autant plus difficile de questionner cette société.

Le pire, je trouve, au fond, nous en avons plutôt conscience. Quand les grands de ce monde brassent de l’air plus efficacement qu’un ventilateur en parlant de la « croissance », nous ne sommes pas vraiment dupe. Ils ont beau causé, pas grand’chose ne change. Mais si les grands de ce monde continuent à parler de « croissance », et si nous, nous continuons malgré tout à les écouter, c’est parce-que personne au fond n’arrive à envisager ce monde sans croissance économique. La question première doit être celle de notre société, comment envisageons-nous notre lien avec les autres être humains, avec la technique, avec notre environnement ?

La solution ne sera donc pas seulement technique.

Alors, c’est facile de le dire, mais à la fin, elle sera quoi la solution ?Il est vrai que là, on cause, on cause, mais au fond c’est pour dire la même chose différemment. La catastrophe est crédible. Un autre avenir est possible. Cela n’implique pas de revenir au Moyen-Âge à pied. Bref, des grandes phrases galvaudées, mais concrètement j’essaierais de développer à l’occasion.

Je tenterais ainsi d’axer d’autres billets sur ce sujet à l’occasion, car en effet, nous allons bien devoir imaginer un nouvel avenir. Repenser la culture, cette vieille ruine qui se marchande maintenant comme (presque) n’importe quoi, serait un bon sujet par exemple. Repenser aussi à « comment faisions-nous avant ? », le avant en question n’étant pas plus vieux que 50 ou 100 ans parfois. Et surtout, surtout, reprendre la place publique pour pouvoir agir et parler pour cette société. Ce sera sans doute de la grande phrase bien plate, mais nous avons chacun notre pierre à apporter à l’édifice.

Voilà, je vous laisse pas tout-à-fait comme vous étiez venu, et j’espère un peu plus curieux de vous et de ce monde.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :